Comment la visualisation m'a permis de remonter la pente suite à une fracture

Il y a quelques semaines, lors d’une banale balade, je suis tombée et…. Je me suis fracturé la cheville !

Opération, botte pendant 6 semaines, interdiction de poser le pied par terre tout l’été, fauteuil roulant, impossible de monter les escaliers (il y en a beaucoup chez moi !)

Annulation des vacances, essayer de se faire rembourser, sans succès jusqu’à maintenant

Annulation des rendez-vous professionnels

Piqures tous les jours, prises de sang …

Douleurs, stress, mauvais sommeil, fatigue, ennui (Les jours paraissent longs quand on passe tout l’été assise ou couchée) …

Ensuite j’ai commencé la kiné et les douleurs qui s’étaient entre temps calmées sont revenues !

Bon, du coup j’ai mis en œuvre toutes les techniques que je connais pour aller mieux : visualisation, autohypnose, respiration, méditation, EFT….

J’ai travaillé tous les jours à visualiser, imaginer mon corps qui se remettait peu à peu.

Je voulais donc aujourd’hui vous parler de ce processus que j’ai utilisé et qui peut vous intéresser si vous aussi vous souffrez, vous vous êtes blessé, vous avez du mal à dormir, vous êtes stressé…

Je vous raconte comment je m’y suis prise pour utiliser l’imagerie mentale :

Pour commencer, je me mettais en état d’autohypnose, pour une plus grande réceptivité de mon inconscient et donc une plus grande efficacité.

Puis j’imaginais me voir après avoir dépassé cette épreuve :

Je me suis vue « quand je serai rétablie », « quand je dormirai mieux », « quand je n’aurai plus de plâtre », « quand je marcherai »….comme si j’y étais, en m’immergeant totalement dans les situations, en utilisant tous les sens. J’ai aussi visualisé tous les jours les os qui se reforment, la plaie qui cicatrice à grande vitesse, les cellules stressées qui sont remplacées par des cellules saines…

J’ai imaginé envoyer beaucoup d’amour à mon corps.

J’ai aussi imaginé marcher, retrouver la mobilité de ma cheville, courir, nager, danser…

Alors je n’ai pas de moyen de savoir ce qui se serait passé sans l’utilisation de ces techniques mais je sais qu’elle m’ont fortement aidé à retrouver le moral , à retrouver le sommeil , de l’énergie, et à positiver.

Pour en savoir plus, je suis allée lire des articles à ce sujet pour voir si mon ressenti personnel sur les bienfaits de cette pratique étaient relayés par des études.

J’ai lu par exemple, l’histoire de cette pianiste qui a dû laisser de côté son instrument pendant une longue période à cause d'une blessure à l'épaule. Elle étudiait chaque jour un morceau difficile dans sa tête, sans qu'elle puisse réellement le jouer. Quand elle a été autorisée à utiliser à nouveau son épaule, elle l'a jouée sans problème en un rien de temps. En imaginant jouer le morceau dans son cerveau, c'est comme si ses doigts avaient travaillé tout ce temps-là.

De nombreux athlètes de haut niveau utilisent également la visualisation avant une compétition. Ils refont le parcours ou les bons gestes dans leur tête, il est ensuite plus facile pour les muscles de les réaliser réellement. Ils gèrent aussi leur stress de cette façon.

En général, après une blessure ou une intervention chirurgicale comme celle que j’ai subie, on se voit prescrire de la kinésithérapie, qui s’occupe du corps et propose des exercices physiques. L'aspect psychologique du rétablissement est souvent négligé.

En visualisant on peut à la fois aider le corps à récupérer mais aussi apaiser l’esprit.

Des recherches ont montré que les personnes qui visualisent régulièrement leurs mouvements récupèrent beaucoup plus rapidement par la suite que celles qui se contentent de se reposer.

Il semble exister 3 types de visualisation :

Pour commencer, le plus facile est la visualisation de relaxation, pour calmer l’esprit, se ressourcer, s’endormir.

On va chercher à s’ imaginer dans un environnement dans lequel on se sent bien et on active autant de sens que possible : voir, entendre, gouter , sentir, ressentir ce qui s’y passe. Grâce à la relaxation, le corps bénéficie d'un repos plus profond, et cela se traduit par exemple par une diminution de la sensation de la douleur ou par un meilleur sommeil, ce qui aide à la récupération mentale et physique.

Le deuxième type de visualisation, ce sont les visualisations motrices :

Par exemple on refait dans sa tête les exercices effectués en kinésithérapie. (c’est ce que je faisais avec ma cheville par exemple)

En faisant activement divers exercices et mouvements depuis votre fauteuil, ou votre lit, vous aidez vos muscles et vous booster votre rééducation.

Cette visualisation permet à la séance d'exercice qui suit de se dérouler beaucoup plus efficacement. L'appréhension est également plus faible chez les personnes qui visualisent. Les muscles sont préparés par le cerveau. Les recherches montrent que lorsque l'on visualise des exercices, les mêmes zones du cerveau sont actives que lorsque l'on effectue physiquement les mouvements.

Enfin, le dernier type est constitué d'exercices de visualisation de guérison, où l'accent est mis sur la guérison d'une blessure en y envoyant de bons éléments et nutriments par la pensée et en imaginant le corps se régénérer.

Apprendre ces techniques de visualisation peut aussi servir à gérer vos douleurs chroniques, votre sommeil, vos angoisses, mais peut aussi servir dans nombreux autres champs de la vie quotidienne comme stimuler la créativité, développer un projet, se rapprocher d’un objectif personnel ou professionnel…

Ces techniques marchent aussi très bien avec les enfants.

Je peux vous aider à découvrir ces techniques et à apprendre comment vous mettre en état d’autohypnose. ( vous pouvez me contacter via mon site internet : hypnose-coaching-chaponsot.fr )



Pour en savoir plus, sur le lien entre la visualisation et le corps, je vous conseille de lire la thèse de doctorat de Florent LEBON, délivrée par L’Université Claude Bernard – LYON 1 : « Efficience du travail mental sur le développement des capacités motrices- Force musculaire et imagerie motrice. »




1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout